Interview Christophe RAMEL – « Le Réseau social doit servir l’entreprise »

À la fois social media manager au sein de l’agence digitale Acti et blogueur émérite sur Kriisiis.fr, un blog relayant outils, conseils et actualités social media, Christophe RAMEL nous livre sa vision des RSE à l’heure de la transformation digitale des entreprises.

Comment définiriez-vous les Réseaux Sociaux d’Entreprise?
CHRISTOPHE RAMEL. Les Réseaux Sociaux d’Entreprise sont des plateformes permettant à des collaborateurs d’une entreprise d’échanger entre eux ou avec leurs parties prenantes par le biais de fonctionnalités semblables à celles des réseaux sociaux généralistes tels que Facebook ou Twitter. Leur but est d’améliorer le système d’information, généralement constitué d’une messagerie email voire d’un intranet, à travers une plateforme attractive et dont les codes ne nécessitent pas un apprentissage pouvant être perçu comme un frein.

Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises adoptent un réseau social spécifique. Faut-il y voir une mode ou cela correspond-il à un vrai besoin ?
C.R. La communication au sein d’une entreprise est primordiale; il s’agit d’un facteur clé de succès. Les enjeux autours de la communication interne impliquent une attention constante à l’égard des outils à disposition… auxquels se sont récemment ajoutés les réseaux sociaux d’entreprise. Il est nécessaire de tester ce nouveau modèle, mais pas forcé qu’il soit adapté: certaines entreprises passeront donc rapidement à autre choses, d’autres le maintiendront, et enfin des dernières le renforceront.

N’arrivent-ils pas trop tard puisque aujourd’hui tout le monde est présent sur Facebook ou LinkedIn ?
C.R. L’adoption massive des réseaux sociaux généralistes et professionnels n’est pas un frein mais est à l’inverse un contexte dont viennent se nourrir les réseaux sociaux d’entreprises, puisque les habitudes des internautes sur de premiers réseaux facilitent l’utilisation et donc l’intérêt des RSE (un décideur peut estimer que l’aisance des collaborateurs sur Facebook se ressentira sur le réseau de l’entreprise, avec des utilisateurs qui auront tout de suite leurs marques).

Quelle est la plus-value des RSE ?
C.R. Contrairement aux emails, les RSE ont le gros avantage de pouvoir se calquer sur l’organisation de l’entreprise : des groupes peuvent être créés en fonction des domaines d’activité, des business units, des projets ou encore des pôles, avec des membres et des fonctionnalités à disposition particulièrement adaptés à chaque situation. Les entreprises peuvent ainsi espérer que l’information passera mieux, plus rapidement et plus efficacement, et que cela améliorera la productivité et la performance des équipes.

Quelles sont, selon vous, les clés de réussite d’un Réseau Social d’Entreprise performant ? Avez-vous des exemples ?
C.R. Un RSE performant est transparent : rigoureusement calqué sur l’organisation de l’entreprise, il est simple à paramétrer (chaque niveau dans la hiérarchie étant en mesure de faire évoluer son périmètre, les droits et les accès, en fonction des besoins), aussi simple à utiliser que l’email et reste évolutif afin de s’adapter à toute situation (par exemple, si les collaborateurs sont demain équipés d’un mobile, une application doit leur permettre d’utiliser le RSE facilement). Le réseau d’Orange fait figure de référence dans les grandes entreprises françaises.

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise qui débute un projet d’implémentation de RSE ? Y-a-t-il des précautions à prendre, des règles à respecter ? Toutes les entreprises peuvent-elles prétendre à la mise en place d’un RSE ?
C.R. Des entreprises de 100.000 employés utilisent des RSE, tout comme des entreprises de… 2 personnes. Le seul aspect à considérer est que le réseau social doit servir l’entreprise et non pas alourdir les échanges (si cela est le cas, alors le projet doit être abandonné). Aux premiers jours, il paraît également important de faire appel à un service déjà existant plutôt que de développer sa plateforme de A à Z (ce qui peut par contre devenir intéressant lorsque le modèle est éprouvé) : des services en freemium permettent aujourd’hui de disposer d’une plateforme complète et gratuite permettant ainsi d’étendre le périmètre petit à petit.

Dernièrement, un petit nouveau, Facebook at Work (FB@Work) a fait son apparition sur le marché des RSE. Pensez-vous qu’il puisse venir concurrencer les solutions historiques de réseau social d’entreprise ?
C.R. Facebook at Work est une plateforme qui fait peur, car les dirigeants en manque de connaissance sur le sujet feront des raccourcis erronés et estimeront immédiatement que cela aura un effet négatif sur la productivité. Paradoxalement, il s’agit probablement de la plateforme la plus efficace qui puisse exister : la majorité des internautes la connaissant un peu, assez bien voire parfaitement, la majorité des collaborateurs d’une entreprise sont en mesure d’adopter facilement la solution dans leur cadre professionnel.

Propos recueillis par Alexandra PALABE

1 Commentaire

  1. J’adore ton interview ! Waouh le niveau augmente en restant compréhensible Bravo ! CP or PC (you ‘ll recognize these letters)

Laisser un commentaire